Près de la moitié des zones humides du bassin méditerranéen ont disparu depuis 1970, un bilan qui nous force à agir.

fflamants roses salins 650Flamant rose (Phoenicopterus roseus) - Crédit photo : M. Mercier

Plus de 1200 participants de 170 pays se sont rassemblés du 21 au 29 octobre à Dubaï dans le cadre de la 13e Conférence des parties contractantes de la Convention de Ramsar sur les zones humides (COP13).

Des rapports qui alarment

Les rapports respectifs du secrétariat de la Convention de Ramsar et de l’Observatoire des zones humides méditerranéennes partagent le même constat :

  • La superficie totale des zones humides a diminué de 48% depuis 1970 pour le bassin méditerranéen, contre 35% à l'échelle mondiale
  • Un quart des espèces ayant besoin des zones humides pour subsister est aujourd’hui menacé d’extinction à l’échelle mondiale, et 38% à l’échelle du bassin méditerranéen
  • Le débit de la majorité des cours d’eau du bassin méditerranéen a subi une très forte réduction depuis 1970 (-25 à -70%)
  • Deux tiers de l’eau prélevée dans le bassin méditerranéen sont destinés à l’agriculture
  • La concentration de pesticides dans les nappes phréatiques des zones agricoles reste supérieure aux seuils recommandés

Des solutions existent

Si à l’échelle européenne des directives environnementales ont déjà porté leurs fruits, la révision de la Directive Cadre sur l’Eau prévue pour 2019 risque d’affaiblir la réglementation en vigueur.

En suivant ce lien, il est possible de faire entendre votre voix de citoyen dans le cadre d’une consultation publique, associée à la campagne internationale #ProtectWater, afin d’exiger une politique de restauration et de valorisation ambitieuse en faveur des zones humides, milieux essentiels à la sauvegarde de la biodiversité.

Partager