Le ministère de l’écologie vient de soumettre à la consultation publique un arrêté prévoyant d’autoriser l’utilisation de bateaux à moteur pour la chasse des oiseaux marins, une pratique strictement interdite en métropole.

Guillemot de Troïl - (Uria aalge) Crédit photo : Armel DeniauGuillemot de Troïl - (Uria aalge) Crédit photo : Armel Deniau

Le projet d’arrêté vise à introduire une dérogation à la réglementation de la chasse en mer à St Pierre et Miquelon. Alors que la chasse traditionnelle des canards marins se pratiquait en bateau à rame, les chasseurs veulent utiliser des moteurs de 100cv ou 200cv.

La LPO est contre ce projet d’arrêté qui aura pour effet d’augmenter la pression de chasse sur des espèces fragiles en facilitant le tir des oiseaux. Par ailleurs, aucune limitation efficace des prélèvements n’est à ce jour mise en place et les chiffres de prélèvement ne sont en outre pas connus.

Plutôt que d'assouplir encore les possibilités de chasse sur l'archipel, le ministère de l'écologie devrait :

  • Mettre fin au braconnage des eiders (canards marins) qui a lieu chaque année du 1er au 30 avril, en pleine migration prénuptiale de ces espèces, avec la complicité des pouvoirs publics,
  • Adopter une date de fermeture de la chasse des oiseaux marins au plus tard fin février, comme dans les territoires canadiens voisins,
  • Faire intervenir les agents de l'Office Français de la Biodiversité pour verbaliser les tirs fréquents sur les oiseaux protégés,
  • Retirer de la liste des espèces chassables deux espèces de canards marins menacés d'extinction et figurant sur la liste rouge mondiale de l'UICN, la Macreuse brune et la Harelde boréale, et leur accorder le statut d'espèce protégée.

Avant le 27 août, rendez-vous la page web de la consultation pour exprimer votre opposition à ce projet d’arrêté afin d’empêcher la mise en place de cette nouvelle dérogation. Merci pour votre mobilisation et n’hésitez pas à inviter vos proches à faire de même !

Partager