La collaboration entre les mytiliculteurs, le CREAA et la LPO se poursuit.

Moules de bouchots - Crédit photo : Centre Régional d’Expérimentation et d’Application Aquacole (CREEA)Moules de bouchots - Crédit photo : Centre Régional d’Expérimentation et d’Application Aquacole (CREEA)

En 2013, une enquête de perception réalisée par le CREAA (Centre Régional d'Expérimentation et d'Application Aquacole) auprès de la profession mytilicole conclut à une déprédation conséquente des moules de bouchot par les goélands. La profession a testé de nombreuses solutions individuelles qui se sont révélées inefficaces pour lutter contre ce phénomène, allant jusqu'à pratiquer une technique illégale : l'amarrage de cadavres de goélands sur les pieux de bouchots .

Dans ce contexte, une étude a alors été lancée en 2014 à la demande du Comité Régional Conchylicole de Poitou-Charentes (CRC PC) et du Syndicat mytilicole de Marennes-Oléron afin d'apporter des solutions pérennes aux mytiliculteurs tout en prenant en compte les enjeux avifaunistiques.

De cette étude est née une collaboration entre la LPO, le CREAA et des professionnels volontaires, membres du Syndicat, pour mesurer la fréquentation par les oiseaux (quelles espèces, quel âge, quel comportement…) et, grâce à la pose de cages et filets par le CREAA, leur impact sur la production.

D'avril à septembre 2015, une équipe LPO et la Réserve Naturelle Nationale de Moëze-Oléron seront mobilisées sur le terrain.

Au terme de cette étude, qui devrait se poursuivre en 2016 et 2017, il s'agira de s'appuyer sur ces résultats scientifiques pour proposer des solutions aux professionnels, tout en tenant compte des enjeux environnementaux de la Réserve Naturelle Nationale de Moëze-Oléron.

L'Agence des Aires Marines Protégées (AAMP) a renouvelé son soutien au projet, qui bénéficie également de celui de Léa Nature.

Les dernières nouvelles

  • Afin de maintenir la concertation entre les partenaires tout au long du projet, l'étude sera placée sous l'égide d'un comité de pilotage en juin 2015, présidé par le CRC et composé du CREAA, de la LPO, de la DREAL et de l'AAMP.
  • Début avril, la LPO a repris ses suivis embarqués afin d'affiner le diagnostic de la fréquentation des bouchots par les goélands.
  • L'équipe LPO est mobilisée pour embarquer ponctuellement avec des professionnels volontaires afin d'affiner encore le suivi de fréquentation.
  • Dès début juin, et si la LPO obtient les autorisations nécessaires, des tests de méthodes d'effarouchement seront mises en place.

Partenaires techniques

parteniares techniques

Partenaires financiers

financeurs

Contacts

Pauline Loubat
Chargée de mission oiseaux marins
pauline.loubat@lpo.fr

Camille Bricout
Service civique oiseaux marins
camille.bricout@lpo.fr

Partager