Pour rappel : À travers une série d'articles, la LPO et l'association Ramsar-France vous proposent de partir à la découverte de quelques sites français classés Ramsar.

Marais de Kaw - Crédit photo : Sylvain Uriot / GEPOGMarais de Kaw - Crédit photo : Sylvain Uriot / GEPOG

Le Marais de Kaw et l'Île du Grand Connetable

Désignation : 8 décembre 1993

Superficie : 137 000 ha dont 105 800 pour la partie terrestre

Localisation : au Sud-Est de Cayenne, en Guyane

Le Marais de Kaw et l'Île du Grand Connetable abritent plusieurs écosystèmes : des mangroves, des forêts marécageuses à palmiers « pinot » (pinotières), des prairies flottantes et des savanes marécageuses. Le marais est traversé par deux principaux cours d'eau à savoir la rivière de Kaw et la crique Angélique. L'île du Grand Connetable est d'un intérêt écologique international considérable et pour cause, elle est le seul site disponible entre l'Orénoque et l'Amazone pour accueillir de nombreux oiseaux marins. Ces espèces se retrouvent sur cette île constituée de roche et d'une superficie de 2,5 ha lors de la période de nidification.

La diversité des habitats humides, à proximité du bassin de l'Amazone, crée des milieux propices au développement d'une flore et d'une faune d'une très grande richesse. Ainsi de nombreuses espèces d'oiseaux s'y nourrissent, y migrent ou s'y reproduisent : bécasseaux, toucans, perroquets, flamants roses, hérons, ibis, jabirus, cormorans… mais aussi de nombreux rapaces. En outre, on y trouve l'une des dernières populations de caïmans noirs du continent, espèce menacée d'extinction. Cette population est estimée comme viable d'après des études génétiques.

Aucune activité n'est observée au cœur des savanes du fait de leur caractère impénétrable. La présence humaine, très faible dans ces vastes marais, se localise principalement au sein du village de Kaw, petit bourg créole d'une cinquantaine d'habitants, dont la pêche constitue l'activité principale. C'est un site privilégié pour de nombreux chercheurs qui viennent étudier la faune, la flore et le milieu aquatique. Les marais accueillent beaucoup de visiteurs attirés par la faune et les paysages insolites de la région mais la plupart des retombées économiques échappent au village.

Certaines perturbations menacent la richesse biologique des marais : le manque de gestion de la ressource piscicole et le non-respect de la réglementation sur les biotopes et les espèces protégées. La fréquentation touristique, concentrée sur la rivière de Kaw, semble occasionner un dérangement pour les populations de caïmans noirs.

La réserve naturelle, créée en 1998, couvre 95 000 ha du site. Sa réglementation a pour objet de contrôler les activités se déroulant sur son territoire afin de protéger le milieu et les espèces. Avec la création du parc naturel régional en 2001, une démarche s'est engagée pour développer des activités tournées vers la conservation et la valorisation du patrimoine naturel dans le respect de l'environnement. Des recherches scientifiques ont été lancées, elles portent sur le fonctionnement des écosystèmes et l'évaluation de la potentialité de production piscicole du marais.

Grâce au LIFE + CAP DOM, dont la LPO assure la coordination nationale, le GEPOG étudie les Hérons agami en Marais de Kaw, et lance le premier plan de conservation de l'espèce au monde.

Tous les sites Ramsar au bout des doigts

appli baladomaraisL'application Smartphone BaladOmarais vous permet de découvrir les milieux humides en France métropolitaine et en Outre-mer, par géolocalisation ou dans votre région. Téléchargez-la dès à présent !

Plus d'informations

Pour découvrir la Maison de la Réserve naturelle de Kaw

Pour découvrir le Parc naturel régional de Guyane

Pour aller plus loin

http://www.zones-humides.eaufrance.fr/node/1868

*Qu'est-ce qu'un site Ramsar ?

Depuis 1971, la Convention de Ramsar entend préserver les zones humides et promouvoir l'utilisation rationnelle de leurs ressources. Elle travaille à élaborer et maintenir un réseau international de zones humides importantes pour la conservation de la biodiversité mondiale et les services écosystémiques rendus.

Aujourd'hui plus de 2 100 zones humides d'importance mondiale sont inscrites sur la liste Ramsar dont 43 sites en France.

L'association Ramsar-France, dans laquelle est investie la LPO, entend faire connaître le label Ramsar en France, favoriser les échanges entre les gestionnaires des sites Ramsar inscrits et encourager la création de nouveaux sites.

Partager