Suite à l'épidémie de Coronavirus, nos centres sont soumis à de multiples restrictions et voient leur activité impactée.

Relâcher de goélands - Crédit photo : Gilles BentzRelâcher de goélands - Crédit photo : Gilles Bentz

Plus d’accueil de nouveaux animaux

Au vu de la situation sanitaire actuelle, nous avons dû prendre la dure décision de ne plus accueillir de nouveaux animaux sauvages en détresse dans nos Centres de sauvegarde.

Les animaux ne peuvent plus être transportés et déposés dans les centres des soins. Les bénévoles et les volontaires en service civique ne sont plus autorisés à effectuer les transports et les soins.

Pour rappel, il est interdit de détenir un animal sauvage chez soi pour quelque raison que ce soit (soins, nourrissage, élevage...) sous peine de poursuites judiciaires, et d’autant plus vu les risques sanitaires aujourd'hui : l’OMS préconise d’éviter tout contact physique avec des animaux sauvages ou de ferme par manque de données précises sur la transmission inter-espèces du COVID-19. 

Nos soigneurs restent toutefois mobilisés

Suite aux nouvelles dispositions prises par le gouvernement pour ralentir la propagation du coronavirus, une rotation de nos salariés est mise en place afin d’assurer en toute sécurité la continuité des soins et du nourrissage pour les animaux encore présents (261 mammifères, 285 oiseaux et 13 reptiles) dans nos 7 centres LPO (Ile-Grande, Clermont-Ferrand, Buoux, Audenge, Castres, Rosenwiller, Villeveyrac).

Nous vous remercions pour votre compréhension et espérons que cette situation exceptionnelle  durera le moins longtemps possible.

la LPO disposait d'un stock de masques nécessaires en cas de marée noire : devant la pénurie actuelle nous avons décidé de les donner au corps médical pour un meilleur usage possible.

Contact :  lpo@lpo.fr

Partager