La LPO est farouchement opposée à cette extraction de sable qui doit s’implanter tout prêt de la Réserve naturelle nationale des Sept-Iles qu’elle gère et entre deux zones Natura 2000.

Pingouin torda (Alca torda) et lançons - Crédit photo : Armel Deniau / LPOPingouin torda (Alca torda) et lançons - Crédit photo : Armel Deniau / LPO

La Compagnie armoricaine de navigation (CAN) a annoncé mardi 3 septembre qu’elle décidait de suspendre jusqu’en novembre ses prélèvements de sable coquillier immergé dans la baie de Lannion pour des raisons d’apaisement. Et pour cause, cette exploitation, débutée dans la nuit des 5 et 6 septembre, avait aiguisé à juste titre la colère des habitants de la Côte du granit rose. Dimanche 11 septembre, ils étaient entre 4 000 et 5 000 à manifester contre cette exploitation industrielle.Manifestion du 11 septembre 2016 à Lannion - Crédit photo : Gilles BentzManifestion du 11 septembre 2016 à Lannion - Crédit photo : Gilles Bentz

Les opposants au projet ont été entendus puisque à l’issue d’une réunion avec la ministre de l’Environnement, qui avait déjà exprimé par écrit son opposition à cette activité minière autorisée en 2015 par l’ex-ministre de l’économie Emmanuel Macron, Ségolène Royal a annoncé l’envoi d’une mission d’inspection.

La LPO espère que le rapport qu’elle a monté sur l’impact potentiel de l'extraction sur le patrimoine des Sept-Iles sera pris en compte lors de cette inspection. Ce rapport confirme d’une part que la zone d'extraction est située sur une zone de vie potentielle pour les oiseaux marins ou les phoques des Sept-Iles. Et d’autre part que cette extraction peut avoir des effets à la fois sur les habitats abritant des ressources proies telles que les lançons et déséquilibrer le réseau trophique. D’autres effets tels que le bruit ou la turbidité peuvent impacter le patrimoine sur un secteur géographique plus ou moins grand.

Pour rappel, la réserve abrite 11% des oiseaux marins nicheurs de France métropolitaine et la colonie majeure de reproduction de Phoque gris de France métropolitaine.

À la différence de Lannion Tregor communauté, la LPO n'a pas fait de référé mais elle a déposé deux recours en annulation des deux arrêtés litigieux au tribunal administratif de Rennes (occupation du Domaine public maritime et ouverture des travaux) avec Bretagne Vivante,.

Plus d’informations

Consultez notre article précédent : Mobilisation citoyenne contre le projet d’extraction de sable en Baie de Lannion (22)

Partager