Les chasseurs font pression sur le gouvernement français pour continuer à piéger les oiseaux à la glu alors que l'Europe a donné 3 mois à la France pour arrêter ces pratiques cruelles et non sélectives.

 

actu faujour

Le 17 juillet, lorsqu’elle a reçu le Président de la Fédération Nationale des chasseurs au lendemain de sa nomination, la Ministre Barbara Pompili lui a dit qu’elle ne pouvait pas signer les arrêtés autorisant le maintien du piégeage des oiseaux avec de la glu dans 5 départements de la région PACA. Comment aurait-il pu en être autrement puisque la France est le dernier pays à autoriser cette pratique et que, dans un avis motivé en date du 4 juillet, la Commission Européenne lui a donné trois mois pour y mettre fin, ainsi qu’aux piégeages avec des filets et matoles dans le Sud-ouest.

C’était sans compter les habitudes des chasseurs de passer outre l’avis des ministres en charge de l’écologie : sans aucun complexe, ils expliquent dans un communiqué comment ils ont fait le siège et reçu une bonne écoute à l’Elysée et à Matignon. Jean Castex s’apprêterait à les recevoir ce vendredi 7 août et leur aurait d’ores et déjà promis de continuer ces pratiques ignobles, cruelles et non sélectives que près de 90% des français condamnent.

Barbara Pompili vient de l’affirmer à la LPO, elle refuse catégoriquement de signer les arrêtés. Les faire signer par un fonctionnaire ou la toute nouvelle Secrétaire d’Etat à la biodiversité, voire par le Premier Ministre lui-même, signifierait son impuissance et un désaveu total de son pouvoir.

Pour Allain Bougrain Dubourg « Si Barbara Pompili n’a même pas le pouvoir de faire respecter les Directives européennes, si elle ne peut empêcher un lobby de 5000 piégeurs de conduire la France devant la Cour de Justice de l’Union Européenne, au risque de devoir payer des millions d’amendes, quel sera son pouvoir sur les autres dossiers dans les deux ans qui viennent ? Le monde d’après, c’est le même qu’avant, et c’est plus que triste, révoltant ».

La LPO appelle les parlementaires à se mobiliser pour signer le Référendum d’initiative populaire en faveur du respect du vivant, et les français à le signer massivement.

Partager