Avant le 28 février 2017, dites non à l’éolien en zone Natura 2000 où sont présents de nombreux oiseaux marins en hivernage !

Puffin des Anglais (Puffinus puffinus) - Crédit photo : Armel DeniauPuffin des Anglais (Puffinus puffinus) - Crédit photo : Armel Deniau

Une consultation publique est ouverte sur le sujet jusqu’au 28 février 2017 pour recueillir les avis des citoyens.

La LPO vous invite à faire part de votre désaccord concernant ce projet qui menace de nombreux oiseaux marins. Pour ce faire vous pouvez utiliser tout ou partie des arguments suivants, en prenant attention de personnaliser votre argumentaire et de ne pas faire de copier-coller.

Le texte annonçant la consultation public laisse entendre que les données environnementales ont été prises en compte pour définir la zone soumise à consultation. Malheureusement, force est de reconnaître qu’aucune sensibilité environnementale ni aucun périmètre réglementaire n’a été retenu dans cet exercice de planification. De plus, le secteur soumis est situé en zone Natura 2000 classée au titre des Directives Habitats (zone spéciale de conservation ou ZSC) et Oiseaux (zone de protection spéciale ou ZPS).

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 consacre l’objectif de porter la part des énergies renouvelables à 32% de la consommation finale d’énergie et à 40% de la production d’électricité en 2030. Le développement des énergies marines renouvelables participe à cet effort. Un processus d’identification de nouvelles zones propices à l’éolien en mer posé et flottant a été engagé depuis 2014 par le ministère. Cette démarche a conclu à la détermination d’une zone de 120 km² au large d’Oléron propice à l’éolien en mer posé.

Si la LPO est favorable au développement des énergies renouvelables locales, ces moyens de production doivent répondre à un certain nombre de critères notamment celui des impacts sur la biodiversité maîtrisée. La LPO est défavorable à tout projet éolien situé en ZPS. Cette position a été validée par le Conseil d’Administration de l’association ; elle est justifiée par la présence massive d’oiseaux marins, d’oiseaux en hivernage dont les déplacements entres les espaces naturels - et en particulier entre les réserves naturelles nationales que la LPO gère - sont nombreux et constants. Un parc éolien en mer est incompatible avec la ZPS, avec les engagements de conservation pris par l’État sur ce type d’espaces, et de surcroît avec la création récente d’un Parc naturel marin. Il faut souligner d’ailleurs que l’Agence des Aires Marines Protégées a elle-même donné un avis défavorable sur ce projet éolien.

Faut-il rappeler qu’à l’échelle de la façade atlantique, les Pertuis charentais permettent une concentration exceptionnelle et unique en France d’oiseaux, tant dans les marais littoraux que sur le vaste plateau continental ?

Cette position est aussi en accord avec le schéma éolien régional de Poitou-Charentes, qui, certes, ne concerne que les milieux terrestres, mais qui pose une règle qu’il n’y a pas lieu de modifier pour les espaces marins : « Les ZPS et ZSC relèvent donc de secteurs très contraints où le développement de l’éolien apparaît inadapté... le développement éolien n’est donc pas souhaitable au sein de ces secteurs très contraints. » (Schéma régional éolien, page 55)

Enfin, il faut rappeler que cette zone n’a pas été retenue en 2009-2010 lors de l’exercice d’identification des zones proposées pour la façade atlantique, eu égard aux enjeux des sites Natura 2000. L’État a défendu cette position et a garanti l’intégrité de cette zone auprès de la Commission européenne.

Mobilisons-nous en exprimant massivement notre souhait de ne pas voir ce parc éolien créé en zone Natura 2000.

Partager