La LPO appelle ses sympathisants à se mobiliser contre le classement du Pigeon ramier comme « nuisible » en Ardèche.

Pigeon ramier (Columba palumbus) - Crédit photo : Bernard DeceuninckPigeon ramier (Columba palumbus) - Crédit photo : Bernard Deceuninck

Alain Triolle, Préfet de l’Ardèche s’apprêterait à classer le pigeon ramier comme nuisible. Ce sujet, évoqué lors de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage du 12 octobre a été présenté, non pas par le monde agricole, mais par la fédération des chasseurs de l'Ardèche. Encore une astuce de la Fédération des chasseurs pour pouvoir chasser des oiseaux migrateurs en route vers leur lieu de nidification ?

Ensemble mobilisons-nous pour empêcher cela. Nous vous invitons à envoyer un email aux trois députés ardéchois :

avec copie à :

Voici une proposition d’email que nous vous laissons bien sûr le soin de personnaliser et d'adapter comme vous le souhaitez:

« Madame et Messieurs les Députés,

Nous avons de bonnes raisons de penser que Monsieur le Préfet d'Ardèche s'apprête à classer le pigeon ramier nuisible. Ce sujet a été évoqué lors de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage du 12 octobre. Un dossier présenté non pas par le monde agricole mais par la fédération des chasseurs de l'Ardèche.

Nous ne sommes pas dupes : le combat pour faire stopper les chasses dites de printemps (en réalité une violation de la directive européenne sur les oiseaux) en Ardèche a duré des années. Nous avons dénoncé l'inscription du pigeon ramier comme nuisible à la seule fin de chasser des oiseaux migrateurs en route pour leur lieu de nidification. Les associations, dont la LPO, ont gagné devant les tribunaux à de nombreuses reprises. Les heurts ont été violents en particulier sur les cols comme l'Escrinet devenu un symbole français pour la protection de la nature. La situation délétère a duré des années générant des tensions sociales, et des coûts élevés pour la société. Cette affaire est aujourd'hui classée et tout le monde s'en réjouit.

Il se dit que, en tant que Députés, vous soutiendriez ce projet de régression environnementale. Nous avons du mal à le croire. Merci de bien vouloir nous rassurer par retour car le temps presse. Nous ferons part de votre réponse à nos parents et amis vivant dans ce merveilleux département de l'Ardèche.

Veuillez agréer, Madame, Messieurs les Députés, l'assurance de notre considération. » .

Nous comptons sur votre mobilisation.

Partager