L’objectif ? Améliorer les connaissances sur l’espèce et sa conservation.

crabier blanc 650 gilles adtCrabier blanc (Ardeola idae) - Crédit photo : Gilles Adt

Le Crabier blanc

Le Crabier blanc, Ardeola idae, est un petit héron au plumage marron beige strié de noir. Durant la période de reproduction, l’oiseau se pare d’un plumage blanc et un bec bleu vif. Cette espèce, très craintive se reproduit uniquement sur quatre îles du monde : Madagascar, Aldabra, Europa et Mayotte. Le Crabier blanc est classé « En danger  d'extinction » sur la liste rouge mondiale (EN, IUCN) et « en danger critique d'extinction » sur la liste rouge française (CR, UICN).

crabier blanc vol 650 gilles adtCrabier blanc (Ardeola idae) - Crédit photo : Gilles Adt

Mayotte constitue le deuxième site de reproduction de l’espèce en termes d’effectifs (182 couples en 2018). Toutefois la perte et la dégradation des zones humides, des sites de reproduction et d’alimentation de l’espèce, le dérangement et le braconnage des œufs et des poussins menacent la survie de l’oiseau sur l’île. La prédation des œufs et des jeunes par le rat est suspectée, mais n’est pas encore avérée.

Identifier les secteurs d’alimentation de l’espèce

A l’heure actuelle, les scientifiques disposent de très peu de données sur le Crabier blanc car peu d’études ont été réalisées malgré le statut défavorable de conservation de l’espèce. Au total d’ici 2021, 15 oiseaux seront équipés de balises GPS. Elles permettront de répondre aux questions suivantes :

  • Le Crabier blanc s’alimente-il sur des zones en particulier qui nécessiteraient d’être mieux gérées ou conservées ?
  • Les individus d’une même colonie s’alimentent-ils tous au même endroit ou sur des zones différentes ? Chaque individu garde-t-il toujours les mêmes sites d’alimentation au cours du temps ?
  • En période de reproduction, quelle est la taille du domaine vital du Crabier blanc ?
  • Hors période de reproduction, quels sont les déplacements au niveau local et régional ? Où migrent les individus quittant Mayotte pendant la saison sèche (mars à août) ? Reviennent-ils à Mayotte chaque année ?
  •  

    Des spécialistes présents pour cette grande première

    crabier blanc specialistes 650 pierrick marionCrédit photo : Pierrick Marion

    Compte-tenu du caractère inédit de l’opération, le GEPOMAY a fait appel à une équipe de spécialistes. Cette dernière s’est rendue à Mayotte en cette fin d’année afin de soutenir l'équipe du GEPOMAY dans le but d’assurer les opérations de captures et d’équipement des oiseaux :

    Alexandre LAUBIN

    Chargé de mission expertise et accompagnement à la LPO Franche Comté, bagueur généraliste collaborateur du CRBPO et mis à disposition à la LPO France dans le cadre du Life BIODIV’OM, Alexandre est doté d’une expérience d’un an et demi au sein de l’association GEPOMAY et de deux ans dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises, territoires sur lesquels il a notamment travaillé sur le Crabier blanc. Il connait la configuration des sites de reproduction de l’espèce et les conditions de terrain à Mayotte.

    Loïc et Pierrick MARION.

    Loïc, chercheur émérite au CNRS à l’Université de Rennes 1, est spécialiste de l’écologie des oiseaux piscivores (ardéidés, Grand cormoran, etc) et également membre du Conseil National pour la Protection de la Nature (CNPN). Avec son frère, Pierrick, jeune retraité de la DREAL Nouvelle aquitaine et également bagueur généraliste collaborateurs du CRBPO, ils baguent depuis une cinquantaine d’années des ardéidés en milieu particulièrement difficile et ont également déjà équipé des jeunes spatules de balises Argos et suivi des adultes de hérons cendrés par radiotracking.

    Jan VAN DER WINDEN

    Chercheur et bagueur hollandais, il étudie l’utilisation de l’habitat et l’écologie de la migration des oiseaux d’eau tels que le Héron pourpré ou le Butor. Fort d’une expérience en capture, pose de harnais et de balise GPS, il a participé à plusieurs études concernant les oiseaux des zones humides (Bénin, Ukraine, Russie…), dont celle étudiant les déplacements du Héron agami Agamia agami en Guyane, lors du LIFE+ CAPDOM.

    La mission

    Les Crabiers blancs se reproduisent à Mayotte au cœur de certaines mangroves. Les couples construisent leur nid à la cime des palétuviers, arbres composant cet écosystème. Pour pouvoir les équiper de balises, l’équipe de spécialistes, accompagnée de l’équipe du GEPOMAY, ont capturé certains individus.

    Les individus ont été capturés au sein de deux héronnières installées dans  les mangroves d’Ironi Bé et Chiconi. Le GEPOMAY et l’équipe de spécialistes ont réalisé un travail conséquent en amont de la mission de capture afin de tester le matériel en conditions réelles et de s’assurer de sa faisabilité. Cette phase préparatoire a notamment permis d’étudier le comportement de l’espèce face aux dispositifs mis en place et ainsi améliorer les techniques de capture à mettre en œuvre.

    Chaque individu capturé a été bagué avec une bague métallique à code unique et des mesures biométriques ont été effectuées : longueur du bec, de l'aile, masse.... L'oiseau a ensuite été équipé d'une balise GPS maintenue à l'aide d'un harnais. Cet équipement composé d’un panneau solaire permettant le rechargement de la batterie, qui pèse moins de 5 grammes, soit moins de 3% du poids total de l'oiseau. L’individu a enfin été relâché.

    crabier blanc gps 650 alexandre laubin lpoCrabier blanc (Ardeola idae) équipé d'une balise GPS - Crédit photo : Alexandre Laubin / LPO

    Onze jours ont ainsi été nécessaires pour équiper avec succès 6 individus. Des informations cruciales sur le déplacement de certains individus ont d’ores et déjà été recueillies. Les objectifs ont été atteints  grâce aux efforts des experts pour remplir cette mission délicate ! De nouvelles missions de capture seront programmées au cours des années à venir.  

    Le GEPOMAY

    L’association Groupe d’Etudes et de Protection des Oiseaux à Mayotte (GEPOMAY) réalise depuis 2010 des suivis permettant d'acquérir des connaissances sur les effectifs et la phénologie du Crabier blanc à Mayotte. L’association mahoraise coordonne également un Plan National d’Action en faveur du Crabier blanc Ardeola idae (2019-2023) et intègre en 2018 un programme européen, le Life BIODIV’OM, coordonné nationalement par la LPO, et à Mayotte par le GEPOMAY. Ce programme a pour but de réduire les menaces auxquelles est confrontée l’espèce : lutte contre le braconnage, sensibilisation pour diminuer les dérangements, restauration et protection des habitats de l’espèce.

    Le Life BIODIV’OM

    Le Life BIODIV’OM est un programme européen, financé à 60% par l’Union Européenne et coordonné par la LPO. Lancé en septembre 2018 pour une durée de 5 ans, l’objectif principal de ce programme est l’amélioration de l’état des populations de trois espèces d’oiseaux, de deux espèces de mérous et d’un habitat, tous menacés, sur 5 territoires d’Outre-mer : le Crabier blanc à Mayotte, le Tuit-tuit à La Réunion, le Moqueur gorge blanche en Martinique, le Mérou géant en Guyane et à Saint-Martin, le Mérou de Nassau à Saint-Martin et les savanes en Guyane.

    Pour en savoir plus

    www.lifebiodivom.fr

    www.gepomay.fr

    Partager