Ces derniers mois, le réseau BirdLife International s'est fortement mobilisé pour dénoncer les captures inacceptables d'oiseaux migrants dans différents pays d'Afrique du Nord. Un sujet qui a été présenté Jeudi 18 décembre à 19h sur Arte dans le cadre de l'émission « Méditerranée sauvage ».

Jeune pie-grièche écorcheur crédit photo : Holger SchulzJeune pie-grièche écorcheur crédit photo : Holger SchulzCe qui était une pratique traditionnelle ancestrale et un moyen de subsistance pour les populations locales est devenu une problématique internationale prioritaire. Ces captures visaient initialement les cailles grâce à la mise en place de filets japonais sur les côtes égyptiennes et libyennes. Aujourd'hui cette pratique, devenue non ciblée, touche de nombreuses espèces migratrices qui partent d'Europe et d'Asie pour atteindre leur site d'hivernage en Afrique sub-saharienne. Les estimations font état de « millions ou de dizaines de millions d'oiseaux capturés » mais ces chiffres restent imprécis selon Mr. Noor, Coordinateur exécutif de Nature Conservation Egypt : « Il est important de rappeler que les cailles ne sont pas en danger, et que cette chasse est légale, mais le problème réside dans le fait que ces captures touchent potentiellement de nombreuses espèces migratrices en danger (pies grièches, fauvettes, rossignols, pouillots véloces ou fauvettes à tête noire retrouvés captifs...) ».

700 km de filets installés le long de la côte méditerranéenne en  Égypte, entre Gazah et la Lybie - crédit photo : Holger Schulz700 km de filets installés le long de la côte méditerranéenne en Égypte, entre Gazah et la Lybie - crédit photo : Holger SchulzEn réponse à cette préoccupation grandissante, un meeting international a rassemblé en Allemagne, le 5 décembre 2013, des acteurs clés issus des gouvernements et des milieux associatifs d'Egypte et de Lybie, ainsi que des acteurs majeurs du réseau BirdLife : NABU (BirdLife en Allemagne), RSPB (BirdLife en Grande Bretagne), Nature Conservation Egypt (BirdLife en Egypte), ou encore le Secrétariat de la Convention des espèces migratrices (CMS) et l'Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique Eurasie. À cette occasion, un plan d'action détaillé a été conclu pour collecter des données sur les espèces concernées, leur nombre et des mesures à prendre sur l'étendue et les impacts du phénomène.

Ce plan d'action inclut des éléments sur le renforcement des capacités des gouvernements locaux, des ONG et des communautés locales à prendre efficacement en main la question du piégeage illégal des oiseaux. À cet égard, le plan d'action prévoit également des actions de sensibilisation et la promotion de la conservation des oiseaux dans ces deux pays et au niveau international. Mais pour les populations locales, le défi d'aujourd'hui est de trouver d'autres activités génératrices de revenus.

Plus d'information (en anglais) sur le site Internet de BirdLife.

Partager