Chaque année au mois de janvier, l'ensemble des zones humides d'Europe (baies, estuaires, zones humides littorales, plaines alluviales, fleuves, plans d'eau, marais, deltas et carrières en eau) sont arpentés par des ornithologues qui dénombrent l'ensemble des oiseaux d'eau : c'est le comptage international d'oiseaux d'eau de « Wetlands International ». Pour y participer cette année, rendez-vous les 18 et 19 janvier !

Garot à œil d'or (Bucephala clangula) - Crédit photo : Nidal IssaGarot à œil d'or ( Bucephala clangula )- Crédit photo : Nidal IssaOpéré pour la première fois en 1967, d'abord sous l'égide du BIRS (Bureau International de Recherche sur la Sauvagine), puis du BIROE (Bureau International de Recherche sur les Oiseaux d'Eau et les Zones Humides) et enfin, de Wetlands International, ce gigantesque comptage international mobilise chaque année des milliers d'ornithologues amateurs ou professionnels.

À la seule échelle de la France, l'effectif dénombré des oiseaux d'eau hivernant sur l'ensemble des zones humides représente en moyenne 2,5 millions de canards, oies, foulques, mouettes et autres grèbes.

Pourquoi compter les oiseaux d'eau ?

Canard chipeau (Anas strepera) : crédit photo Nidal IssaCanard chipeau (Anas strepera) - Crédit photo : Nidal IssaL'estimation de la taille des populations de chaque espèce d'oiseaux d'eau constitue un des objectifs de ces comptages : les données collectées alimentent les banques de données nationale et internationale de Wetlands International, mais aussi nos bases régionales, permettant d'évaluer les tendances des effectifs, ainsi que la distribution des populations et leurs évolutions.

Par ailleurs, ces comptages fournissent des informations sur l'importance relative des sites d'hivernage. Ces informations sont essentielles à l'identification des sites prioritaires pour la conservation, notamment par l'application des critères dits de « Ramsar » qui contribuent à identifier les Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux (ZICO). Dans l'Union Européenne, ces zones ont vocation à être désignées en Zones de Protection Spéciales (ZPS) au titre de la Directive Oiseaux de 1979, et gérées de manière adéquate pour permettre le maintien des populations d'oiseaux qui ont justifié leur classement.

Les données de comptage contribuent donc à l'inventaire du réseau des sites ornithologiques majeurs à protéger en priorité.

Quelques données chiffrées

Oie cendrée (Anser anser) : Crédit photo Nidal IssaOies cendrées (Anser anser) - Crédit photo : Nidal IssaLa France accueille 150 espèces d'oiseaux d'eau dénombrées sur 1500 sites dont 35 accueillent plus de 20 000 oiseaux d'eau chaque hiver.*

Pour plusieurs oiseaux d'eau, la France accueille une forte proportion de l'effectif des régions biogéographiques concernées (Nord-ouest de l'Europe et ouest de la Méditerranée). Plusieurs localités atteignent le seuil d'importance internationale (1% de la population biogéographique estimée) pour les espèces suivantes : le Canard souchet (10 sites), le Fuligule milouin (7 sites), le Canard chipeau (5 sites), le Canard pilet (6 sites), le Tadorne de Belon (8 sites), la Sarcelle d'hiver (6 sites) et la Bernache cravant à ventre sombre (11 sites).

L'importance du réseau des zones humides de l'hexagone se confirme par le fait qu'une trentaine de sites atteignent ou dépassent au moins un des seuils numériques des critères Ramsar fixant leur importance internationale.

Chacun peut participer à ce grand comptage annuel : il suffit d'être motivé et d'avoir quelques connaissances sur l'identification des oiseaux d'eau. Pour ce faire, vous pouvez contacter les associations locales de protection de la nature qui coordonnent ces suivis dans toutes les régions pour vous porter volontaires.

Contacts

Carine Brémond
Attachée de presse LPO France
carine.bremond@lpo.fr
06 34 12 50 69

Bernard Deceuninck
Service Etudes du Patrimoine Naturel
bernard.deceuninck@lpo.fr
+33 546 82 12 60

*Sources : la provence.com, article du 13/01 « samedi prochain, voulez vous compter les oiseaux d'eau ? »

Partager