La LPO invite ses membres et ses sympathisants à répondre, de manière personnalisée, à la consultation du ministère qui a lieu du 25 juin au 18 juillet à propos de la reconduite partielle des moratoires (suspension de la chasse) au courlis cendré et à la barge à queue noire en France.

Courlis cendré - photo : Aurélien Audevard Courlis cendré 
photo : Aurélien Audevard
Barge à queue noire et Courlis cendré sont deux limicoles chassables en mauvais état de conservation. Ces deux espèces sont classées Quasi-menacées (Near Threatened) sur la Liste rouge mondiale et "vulnérables" en tant que nicheurs sur la Liste rouge française. Au niveau européen, BirdLife considère que leur état de conservation est défavorable.

Dès 2007, les plans d'action européens en faveur des espèces gibier en mauvais état de conservation ont recommandé la mise en place de moratoires européens sur la chasse de la barge et du courlis.

L'accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA), que la France a signé, a adopté en 2008 un plan de gestion international sur la barge à queue noire qui inclut un moratoire de dix ans sur sa chasse. Pour le courlis, en l'absence de plan de gestion pour cette espèce, l'AEWA considère qu'il ne devrait pas être chassé.

Aucun autre pays ne chasse plus ces deux espèces en Europe !

Le premier moratoire sur ces espèces en France (prévu pour 5 ans 2008-2013) a été partiellement levé en 2012 sous pression des chasseurs de gibier d'eau et il s'agit aujourd'hui d'une consultation sur un projet d'arrêté qui ne reconduit que la barge à queue noire pour 5 ans et le courlis cendré uniquement sur l'intérieur des terres alors que les 3/4 des prélèvements sont effectués sur le domaine public maritime.

En outre, le vanneau huppé qui avait bénéficié d'une ouverture de la chasse retardée au 15 octobre pour protéger les populations locales faibles, redevient chassable dès l'ouverture générale en septembre …

En prenant tout ou partie des arguments précités, merci à vous de demander au Ministère, avant le 18 juillet :

  • de confirmer le moratoire de suspension de la chasse de la barge à queue noire pour 5 ans
  • à ce que le moratoire de chasse pour 5 ans pour le courlis cendré s'applique à tout le territoire incluant le domaine public maritime (DPM) afin de pouvoir efficacement protéger l'espèce
  • que les espèces chassables proches (barge rousse et courlis corlieu) soient aussi suspendues à la chasse en raison des risques élevés de confusion avec les deux espèces moratoires
  • la reconduite d'une chasse au plus tôt au 15 octobre pour le vanneau huppé
  • enfin, que les moratoires soient élargis à d'autres espèces de limicoles en mauvais état de conservation (notamment la bécassine des marais chassée début août en France !) et à des canards marins menacés (macreuse brune et eider à duvet).

Répondre à la consultation

Partager