BirdLife Visit Damanaki - Crédit photo : Filip De SmetBirdLife Visit Damanaki - Crédit photo : Filip De Smet

Les prochaines élections européennes se déroulent entre le 23 et le 26 mai 2019 dans les différents pays de l'Union européenne. En France, les électeurs sont appelés aux urnes le dimanche 26 mai.

La LPO n'est soutenue par aucun parti et n'en soutient aucun. Néanmoins, elle s'autorise à appeler ses adhérents et sympathisants à se déplacer le 26 mai et à prendre en compte les enjeux liés à la biodiversité dans leur choix de vote.

Qu'attendons-nous de nos eurodéputés ?

Nous demandons que les eurodéputés soutiennent des politiques européennes ayant pour ambition d'enrayer la perte de biodiversité et de lutter contre le changement climatique.

Pour des milieux et des espèces restaurés

  •  Mettre fin aux dérogations de chasse qui permettent aux Etats de maintenir des pratiques non sélectives et entrainent un réel braconnage d'espèces protégées.
  • Augmenter le budget de l'UE et indiquer clairement les ressources nécessaires pour aider les Etats membres à protéger le patrimoine naturel. (PAC, FEDER, FEADER, LIFE)

Pour des océans protégés

  • S'assurer que les plans d'aménagement et de gestion de l'espace marin garantissent réellement l'utilisation durable des océans.
  • Mettre fin aux captures accidentelles d'oiseaux de mer, de mammifères marins et de tortues de mer dans les activités de pêche industrielle.
  • S'appuyer sur les avis scientifiques et se baser sur les principes de reconstitution des stocks pour définir les quotas et les autorisations de pêche, et ce dans un objectif de préservation des espèces menacées.
  • Soutenir la réduction à la source des déchets marins en incitant les industriels à concevoir des produits durables ; en améliorant le tri sélectif afin de sensibiliser et responsabiliser les consommateurs ; en appliquant le principe du pollueur - payeur.

Pour des aliments sains et des terres agricoles vivantes

  • Réformer la PAC en faveur de la transition écologique durable en agriculture.
  • Supprimer progressivement les subventions de la PAC néfastes à la biodiversité et organiser le soutien massif aux pratiques et productions vertueuses.
  • Allouer au  moins 50% du budget de la PAC à des mesures environnementales et climatiques pour stopper le déclin des oiseaux, des papillons, des pollinisateurs, des organismes du sol sur les terres agricoles et pour stopper la pollution de l'eau et la perte du sol.
  • Augmenter largement les fonds du pilier 2 de la PAC, qui a pour but d'encourager le développement rural, pour faire face aux enjeux environnementaux actuels.
  • Promouvoir le développement de l'agriculture biologique grâce au maintien des aides à la conversion.
  • Interdire l'utilisation du glyphosate d'ici 3 ans, tel que l'envisage la France.
  • Interdire l'ensemble des matières actives de la famille des néonicotinoïdes.

Pour lutter contre le changement climatique

  •  Respecter l'objectif de 1,5°c de l'accord de Paris en supprimant, en premier lieu, les subventions aux énergies fossiles.
  • Combattre en même temps et avec la même énergie le changement climatique et la perte de la biodiversité, symptômes des mêmes crises écosystémiques.
  • Promouvoir la sobriété, l'efficacité énergétique et la décarbonisation de nos économies ainsi que les solutions pour l'adaptation aux effets du changement climatique.
  • Développer les bioénergies dans le respect des enjeux de biodiversité.
  • Préserver le réseau Natura 2000 de l'implantation d'infrastructure de production d'énergie.
  • Restaurer à grande échelle des puits de carbone (par exemple les forêts mixtes, les tourbières).
  • Mettre en place une taxation écologique des trafics aérien et maritime.

Consultez en détail les 20 propositions de la LPO en faveur de la nature.

Partager